CONTRAIRES ET CONTRADICTOIRES (logique)


CONTRAIRES ET CONTRADICTOIRES (logique)
CONTRAIRES ET CONTRADICTOIRES (logique)

CONTRAIRES & CONTRADICTOIRES, logique

Distinction qui, en logique aristotélicienne, concerne essentiellement les propositions et secondairement les termes. Deux propositions contradictoires sont opposées à la fois en quantité (quelques / tous) et en qualité (affirmation / négation): «Tous les chats sont gris» / «Quelque chat n’est pas gris» — «Aucun chat n’est vulgaire» / «Quelque chat est vulgaire». Deux propositions contraires sont deux propositions universelles qui diffèrent en qualité seulement: «Tout anarchiste est contestataire» / «Aucun anarchiste n’est contestataire». Mentionnons, en outre, les propositions subcontraires: propositions particulières qui diffèrent en qualité seulement: «Quelque homme est poli» / «Quelque homme n’est pas poli». On a l’habitude de résumer dans le tableau suivant (appelé «carré de l’opposition») les différentes sortes de propositions opposées (notation: A désigne l’universelle affirmative; E l’universelle négative, I la particulière affirmative, O la particulière négative):

On peut énoncer les lois suivantes: 1o de deux propositions contradictoires l’une est nécessairement fausse ; 2o si A est vrai, E est faux; si E est vrai, A est faux; si A est faux, ou si E est faux, pas de conclusion; 3o si I est vrai, ou si O est vrai, pas de conclusion; si I est faux, O est vrai; si O est faux, I est vrai. En bref, les contraires ne sont jamais toutes deux vraies en même temps, mais elles sont parfois fausses en même temps; et les contradictoires ne sont jamais ni vraies ni fausses en même temps.

Des difficultés apparaissent si l’on tente d’appliquer cette distinction non plus aux propositions mais aux termes. Par exemple, quand on veut comparer: «le sage est sage», «le sage n’est pas sage », «le sage est fou »; ou «Caligula est juste», «Caligula n’est pas juste », «Caligula est injuste ». Le problème se pose notamment pour les propositions singulières. En logique moderne, bien que l’analyse de la proposition ne tienne pas compte de la distinction entre les deux types de négation («ne pas être juste», «être injuste»), la difficulté réapparaît avec les descriptions définies.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Logique Déontique — La logique déontique (du grec déon, déontos : devoir, ce qu il faut, ce qui convient) tente de formaliser les rapports qui existent entre les quatre alternatives d une loi : l obligation, l interdiction, la permission et le facultatif.… …   Wikipédia en Français

  • Logique deontique — Logique déontique La logique déontique (du grec déon, déontos : devoir, ce qu il faut, ce qui convient) tente de formaliser les rapports qui existent entre les quatre alternatives d une loi : l obligation, l interdiction, la permission… …   Wikipédia en Français

  • Logique déontique — La logique déontique (du grec déon, déontos : devoir, ce qu il faut, ce qui convient) tente de formaliser les rapports qui existent entre les quatre alternatives d une loi : l obligation, l interdiction, la permission et le facultatif.… …   Wikipédia en Français

  • Contradiction logique — Contradiction Une contradiction existe lorsque deux affirmations, idées, ou actions s excluent mutuellement. Être non contradictoire apparaît comme essentiel à toute personne soucieuse de découvrir ce qu est « la raison », et de ce que… …   Wikipédia en Français

  • Carre logique — Carré logique Le carré logique représente les oppositions logiques entre les différentes propositions : Proposition notée A, universelle affirmative : tous les x sont P Proposition notée E, universelle négative : aucun x n est P… …   Wikipédia en Français

  • Carré Logique — Le carré logique représente les oppositions logiques entre les différentes propositions : Proposition notée A, universelle affirmative : tous les x sont P Proposition notée E, universelle négative : aucun x n est P Proposition… …   Wikipédia en Français

  • Copule (logique) — Syllogisme En logique aristotélicienne, le syllogisme est un raisonnement logique à deux propositions (également appelées prémisses) conduisant à une conclusion qu Aristote a été le premier à formaliser. Par exemple, Tous les hommes sont mortels …   Wikipédia en Français

  • Carré logique — Le carré logique représente les oppositions logiques entre les différentes propositions : Proposition notée A, universelle affirmative : « tous les x sont P » Proposition notée E, universelle négative : « aucun x n… …   Wikipédia en Français

  • DILEMME — Originellement, le dilemme désigne un argument à deux prémisses. Sa signification s’est restreinte, chez les rhéteurs hellénistiques du IIe siècle, aux arguments dont les stances du Cid représentent pour nous le meilleur exemple: – Si je tue don… …   Encyclopédie Universelle

  • faux — 1. faux, fausse [ fo, fos ] adj. et n. m. • fals 1080; puis faus; lat. falsus, p. p. adj. de fallere « tromper » I ♦ Adj. 1 ♦ Qui n est pas vrai, qui est contraire à la vérité (pensable, observable). Une fausse opinion, un faux axiome. Avoir des… …   Encyclopédie Universelle